laurentprosper-naturopathe.fr

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Un voyage de 1000 lieues commence toujours par un premier pas...Lao-Tseu

Revenons un instant sur la santé...


La définition de l'OMS nous dit que la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et qu'elle ne consiste pas seulement en une absence de maladie.


Ce que je trouve intéressant dans cette définition, c'est la prise en compte des différentes  dimensions de l'être humain.


Pour être en santé, il faut:


   . Que je ne sois pas malade... Bon, même si c'est une évidence, il fallait bien le préciser...


Mais cela ne suffit pas, il faut aussi:


   . Que j'éprouve un complet bien-être physique, autrement dit que je sois "bien dans mon corps".


Et ça aussi c'est intéressant parce ça signifie que ce n'est pas parce que je ne suis pas

malade que je suis automatiquement bien dans mon corps...   


Mais ce n'est pas tout, il faut aussi:


   . Que j'éprouve un complet bien-être mental, autrement dit que je sois "bien dans ma tête".


De la même manière, ce n'est pas parce que je ne suis pas malade que ça se passe bien là-haut mentalement, dans ma tête...


Attendez, ce n'est pas fini! il faut enfin:


   . Que j'éprouve un complet bien-être social, autrement dit, que je sois "bien dans ma vie".


Sous-entendu avec les autres, en société. Ce qui signifie que je dois trouver un mode de vie qui me convienne, dans lequel je sois reconnu en tant qu'individu au sein de la société des Hommes dans laquelle j'évolue...


Dans cette définition, il est bien spécifié que la santé est un pack toutes options:


         . pas de maladie 

PLUS   . bien-être physique

PLUS   . bien-être mental

PLUS   . bien-être social


Ce qui implique que les conditions sont dépendantes les unes des autres et que le non respect d'une condition influe sur les autres.


Cela se vérifie aisément:


Il est évident que la maladie affecte le bien-être physique, mental ou social ou les 3...

Mais aussi:


  . qu'un "mal-être" physique pourra influer sur le "bien-être" mental...

  . qu'un "mal-être" social pourra influer sur le "bien-être mental...

  . etc... Et réciproquement... Car toutes les combinaisons sont possibles!


Eh bien le moins que l'on puisse dire, c'est que pour un bon nombre d'entre nous (dont je ne m'exclue pas) la santé: c'est pas gagné, et la route est longue!


Ajoutez à cela que chaque personne est unique, et vous comprendrez aisément que "faire de la santé" ne s'improvise pas et ne consiste pas à appliquer aveuglément des techniques ou des principes aussi excellents soient-ils. Ce qui est bénéfique pour les uns ne l'est pas forcément pour les autres.


Où est l'objectif santé si je vous demande d'appliquer une technique bénéfique pour votre physique mais que celle-ci s'avère désastreuse pour votre vie sociale?


Où est l'objectif santé si je préconise une réforme alimentaire (même parfaitement expliquée et adaptée) à une femme qui en tentant de la mettre en place provoque une révolution à la maison???


Faire de la santé, c'est expliquer comment notre organisme fonctionne, c'est conscientiser, responsabiliser la personne à propos de sa santé, c'est induire de nouveaux comportements, l'accompagner et l'encourager dans les changements auxquels elle aspire, mais ce n'est certainement pas la culpabiliser, ni porter aucun jugement d'aucune sorte sur son mode de vie, ou pire encore, la décourager ou la déstabiliser dans son environnement familial ou social par un programme inadapté.


Faire de la santé, c'est considérer l'individu dans sa globalité et le placer au coeur de toute pratique, c'est considérer ses dimensions corporelles, psychiques et tenir compte de son mode de vie.

Faire de la santé, c'est adapter les techniques, trouver ensembles des solutions pour les intégrer progressivement à votre mode de vie.  


Le naturopathe doit faire preuve de créativité pour proposer un programme d'hygiène de vie demandant évidemment des efforts d'adaptation à de nouveaux comportements, mais ce programme doit avant tout être accessible.


Lorsqu'une personne vient en consultation, elle exprime un désir, un besoin ou une aspiration à ce que: "quelque chose change dans sa vie". Sinon pourquoi se donnerait-elle la peine de consulter?


C'est cela le premier pas...


C'est ce désir, cette prise de conscience que quelque chose doit changer dans votre vie qu'il faut accompagner au rythme de vos besoins mais aussi de vos contraintes.


La naturopathie est semblable à une boussole qui vous indique la direction de la santé... 


Le programme d'hygiène de vie est semblable à un GPS chargé de vous indiquer la route vers votre bien-être.


Il faut juste faire très attention quand on rentre l'adresse de ne pas se tromper de destination.